Alhassane Diallo

Alhassane Diallo    Conakry, GN

 

Guinée online
Weendu vous souhaite bonne année
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Alhassane Diallo
Madame diallo et moi ont vous souhaite bonne et heureuse année que l'année 2019 nous comble de joie , la santé,longévité, succès, amour , paix du coeur et surtout réussir dans nos différents projets
Mar 01
Mes meilleurs voeux à vous
Mer 02
Merci diaraye
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
World online
L'équipe de WEENDU vous souhaite bonne et heureuse année 2019.puisse Allah accorder à chacun de nous une santé de fer et le maximum de bonheur. Que ce nouvel an soit meilleur que la précédente.
Bonne année à vous et vos familles respectives
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
L'équipe de WEENDU vous souhaite bonne et heureuse année 2019.puisse Allah accorder à chacun de nous une santé de fer et le maximum de bonheur. Que ce nouvel an soit meilleur que la précédente.
Bonne année à vous et vos familles respectives
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Le président de la République a accordé sa grâce à des détenus. Alpha Condé a décidé ainsi de faire bénéficier son premier geste de miséricorde, à l’occasion du nouvel an, à des personnes en conflit avec la loi.
Parmi les bénéficiaires de la grâce présidentielle figurent Fatou Badiar Diallo, Almamy Aguibou Diallo et Alpha Oumar Diallo, tous condamnés à des peines de 15 ans de réclusion criminelle dans l’affaire du 19 juillet 2011 relative à l’attaque du domicile du président Alpha Condé.
Le ministre de la Justice est chargé de l’application dudit décret de grâce.
Vision Guinée
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Vœux de nouvel an : Discours du président de l’organe provisoire de direction du MoDeL
__________________________
Mes chers compatriotes,

En ce jour du 31 décembre 2018, au terme d’une année très compliquée pour notre pays, j’ai une première pensée pour toutes les personnes tombées lors des différentes manifestations politiques et sociales qui ont eu lieu sur l’ensemble du territoire national. Que leur âme repose en paix.

J’ai aussi une pensée pour chacun de vous. Je pense à ceux qui préparent la fête du nouvel an en famille ou entre amis en essayant d’oublier les soucis de la vie quotidienne. Je pense aussi à tous ceux qui, malheureusement, ne pourront pas fêter cette nouvelle année pour des raisons de santé. A chacun d’entre vous, je veux adresser un message d’espérance et une pensée fraternelle.

Au milieu des joies et des peines, nous sommes convaincus que nous pouvons bâtir une Guinée plus joyeuse où chaque citoyen pourra regarder l’avenir avec plus de certitude.

Durant cette année 2018, année de création de notre parti politique le MoDeL, nous avons pris tout notre temps pour partir à la rencontre de nombreux compatriotes vivant sur le territoire national mais aussi de la diaspora pour les écouter et recueillir leurs avis sur la situation socio-politique de notre pays. Et a les entendre on sent l’angoisse et l’exaspération qui les anime à travers ce langage : il faudrait que ça bouge ! il faudrait essayer de nouvelles idées ! faire confiance à la jeunesse pour en finir avec l’immobilisme etc. Ce mal Guinéen qui fait que le pays est sclérosé par des blocages socio-politiques qui profitent à quelques-uns au détriment de la grande majorité des Guinéens. Cette situation de crise structurelle chronique qui fait que l’ascenseur social est en panne dans notre pays depuis notre accession à l’indépendance.

Mes chers compatriotes, les attentes d’un changement qualitatif profond dans notre pays sont perceptibles partout. Alors pour répondre à toutes celles exprimées par nos compatriotes, il y a urgence à reprendre le pays en main afin d’oeuvrer collectivement a sa transformation positive.

Mes chers compatriotes, conscient que tout ne peut être résolu en un jour, croyez-moi que la détermination du Model est sans faille malgré les obstacles et les difficultés que nous rencontrons en ce moment.

Nous mettrons tout notre cœur et notre énergie pour rétablir la justice sociale dans notre pays et vous rendre la fierté d’être Guinéens

Si l’on veut sauver notre pays, il ne s’agira plus de rester dans le constat et les commentaires théoriques. Chacun d’entre nous peut et doit être acteur du changement. Bref, demandez-vous simplement ce que vous pouvez faire pour votre pays et engagez-vous pour le faire.

C’est pourquoi nous vous encourageons à rejoindre Le Mouvement Démocratique Liberal (MoDeL) pour qu’ensemble nous réalisons cette ambition collective pour la Guinée.

C’est avec cette détermination et cette ambition sincère pour notre pays que je vous présente, à vous et à tous les amis de la Guinée, mes meilleurs vœux pour l’année 2019.
-----------------------
Aliou BAH

Président de l’organe provisoire de direction du MoDeL
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
VŒUX DE NOUVEL AN 2019,
DU PRÉSIDENT Cellou Dalein Diallo

Mes chers compatriotes,
Me voici devant vous ce 31 Décembre 2018 pour vous exprimer mes vœux de nouvel an. A toutes et à tous, bonne et heureuse année ! Que 2019 soit pour la Guinée une source de bien-être et de réconfort ! Qu’elle soit une année bénéfique pour le pays tout entier ! Qu’elle sème la joie dans nos cœurs et la paix dans nos foyers ! Qu’elle nous apporte la concorde et l’abondance, qu’elle nous éloigne à jamais du spectre de la division et de la haine, de la misère et de l’arbitraire qui plane au-dessus de nos têtes !

J’ai une pensée spéciale pour le corps enseignant, les élèves et étudiants, la jeunesse guinéenne, les acteurs culturels et tous les sportifs guinéens, au premier rang desquels notre Syli national qui nous a récemment rendus particulièrement fiers et grâce à qui la nation toute entière a vibré ensemble.

Mes chers compatriotes,
Notre malheureux pays a plus que jamais besoin de travail, de justice et de solidarité. Mon ambition, mes chers compatriotes, est d’inscrire dans les faits la belle devise de notre chère république. Du travail pour tous ! De la justice du sommet à la base ! De la solidarité entre les riches et les pauvres, les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux ! Solidarité entre les ethnies, solidarité entre les régions, solidarité entre les religions !

En effet, comment ne pas évoquer le besoin de travail dans un pays rongé par le chômage, où les retraités frisent la mendicité, où les ménages ont du mal à faire bouillir la marmite, où la jeunesse en désarroi préfère encore les périls des déserts et des mers au sol de la patrie ? Comment ne pas parler de justice dans un pays où règne la loi de la jungle où le pouvoir brime, vole et tue à sa guise ? Comment, mes chers compatriotes, ne pas évoquer le besoin de solidarité sous un régime égoïste et corrompu, indifférent à la misère du peuple, insensible au sort des plus faibles et des plus démunis ?

Mes chers compatriotes,
Notre pays a plus que jamais besoin d’unité et de démocratie. Notre gisement le plus précieux, ce n’est ni l’or, ni la bauxite, ni le diamant : c’est l’unité nationale. Elle est le gouvernail qui nous guide vers le bon cap, le rempart qui nous empêche de sombrer dans le chaos. C’est une valeur sacrée que nous devons défendre nuit et jour et tous ensemble.
Une autre valeur sur laquelle nous devons veiller comme sur la prunelle de nos yeux : c’est celle de la démocratie. La démocratie, c’est la règle du monde moderne. Et qui dit démocratie dit : respect des institutions, respect de la vie. La démocratie, c’est la liberté d’aller et de venir, la liberté d’opinion pour chaque citoyen indépendamment de sa fortune et de sa naissance.
Hélas, le régime sous lequel nous vivons conserve toujours ses vieux réflexes despotiques. Il ne respecte ni la Constitution, ni la vie humaine, ni la liberté du citoyen.

Voilà bientôt dix ans que monsieur Alpha Condé gouverne notre pays dans les conditions que vous savez : la corruption galopante, la misère, la répression sauvage et l’ethnocentrisme. Et tout porte à croire qu’il va user de son cynisme et des moyens de l’Etat pour tenter de s’octroyer un troisième mandat en violation flagrante de la Constitution. Devons-nous attendre que le crime soit commis avant de nous mobiliser et réagir contre cet assassinat programmé de notre jeune démocratie ?

Mes chers compatriotes, je ne vous apprends rien en vous citant les trois redoutables armes qui ont permis à Alpha Condé de parvenir au pouvoir, les trois armes avec lesquelles il tente de s’y maintenir à vie : le trucage électoral, la répression sanglante et l’ethno-stratégie. Eh bien, ce n’est pas par hasard qu’il les a dangereusement aiguisés, ces derniers temps.

Chers compatriotes, militants et sympathisants de l’UFDG,
Le revers de ces stratagèmes, c’est l’installation de la Guinée dans le désordre institutionnel, social, économique, politique. L’éveil des consciences sur cet état d’échec s’est produit avec le choc des élections communales. Après 7 ans de lutte acharnée pour obtenir du pouvoir qu’elles soient enfin organisées, nous en sommes à 10 mois de la fin des élections sans que l’installation des exécutifs ne soit effective, le tout sous fonds de violences de l’Etat, d’intimidations et de corruption active.
Le résultat des élections communales du 04 Février 2018 s’est révélé être un désaveu pour le régime en place et un succès promoteur pour l’UFDG qui voit son assise nationale et sa dimension transversale largement renforcées par des adhésions venant de toutes les régions naturelles de la Guinée. Ce succès, nous le devons surtout à la mobilisation sans faille des militants et responsables de l’UFDG à qui le Parti doit un tel rayonnement et une telle vitalité. Nous nous efforcerons d’être à la hauteur de vos attentes et vous félicitons pour tous les efforts et sacrifices consentis pour que notre pays soit enfin à la place qui est la sienne. C’est d’abord et avant tout le combat pour une Guinée unie et prospère qui compte.

Chers compatriotes, guinéennes et guinéens,
Ne nous méprenons cependant pas.
Les désordres évoqués précédemment sont créés et entretenus à dessein avec pour corollaires immédiats la peur et l’intimidation, en vue d’installer durablement une gouvernance sans alternance possible. L’interdiction de manifester et l’installation des PA militaires dans la commune de Ratoma, constituent le stade extrême de l’étouffement des droits et libertés des citoyens dans notre pays. En effet, le droit de manifester, composante essentielle de la démocratie est protégé par l’article 10 de notre Constitution.
Mes chers compatriotes, la situation qui prévaut dans notre pays est suffisamment grave pour confier la lutte à une seule entité. C'est en effet le rôle de chacun de nous, citoyens de tous bords, de nous investir dans les combats, les débats pour construire puis maintenir une démocratie viable car « celui qui s’endort en démocratie pourrait se réveiller en dictature », comme le soutenait le grand juriste français René Cassin. C’est une convergence des luttes dont nous avons besoin pour en venir à bout d’un gouvernement inconséquent et de la mainmise sur l'État d'un parti politique.
Cette inconséquence va jusqu’au point d’hypothéquer l’avenir de la nation toute entière en l’absence de toute volonté politique de sortir de la crise des enseignants, et de permettre à nos enfants, après de longs mois de perturbations, de reprendre le chemin de l’école. C’est une situation inacceptable. Car pour reprendre les propos du Président Abraham Lincoln : « Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez l'ignorance ». C’est la nation toute entière qui paiera le prix de cette démission du pouvoir face aux filles et fils de Guinée. On ne le dira jamais assez, investir dans l’école, c’est investir dans l’avenir.

Mes chers compatriotes, guinéennes et guinéens,
Nous sommes dans la phase préliminaire d’une bataille décisive de l’histoire de notre pays. Nous devons être prêts à nous battre contre toute tentative de confiscation du pouvoir et tout projet de troisième mandat qui viendrait rallonger nos souffrances et déstabiliser notre pays.
Pour relever ce défi, les forces vives de la nation doivent se mettre en ordre de bataille dès à présent, pour identifier et contrer les risques et menaces qui pèsent sur nos institutions et sur notre jeune démocratie.
Nul doute que le chemin de la lutte sera sinueux et tortueux. Bien sûr qu’il y aura des défections, bien sûr que nous serons harcelés, divisés et même violentés. Mais nous avons le devoir de poursuivre ce noble combat car il y va de l’avenir de notre pays et de sa jeunesse. Dans un pays déjà anémié par presqu’une décennie de gestion calamiteuse, nous n’avons pas le droit d’abdiquer.
Oui, les forces de la souveraineté populaire sont en marche et rien ne pourra les arrêter car, cette fois, le peuple ne sera pas dupe et ne tombera pas dans le piège de la division, de la désinformation et de la manipulation.
Mes chers compatriotes, guinéennes et guinéens,
L’espérance ne doit pas disparaitre dans notre pays. La Guinée a toutes les ressources humaines et naturelles pour amorcer son envol. Ensemble, nous pouvons y arriver. Ensemble nous y arriverons.

Bonne et heureuse année 2019 à toutes et à tous !
Vive la République ! Vive la Guinée !
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Adresse à la Nation du chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé (discours

Accueil A LA UNE
A LA UNENEWSPOLITIQUE
Adresse à la Nation du chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé (discours)
Par LIBREOPINIONGUINEE.COM - 31 décembre 2018
Facebook Twitter



A l’occasion du nouvel an, le président Alpha Condé, dans son traditionnel discours du 31 décembre, a vanté ses réalisations depuis son arrivée au pouvoir en 2010 et fait de grandes annonces sur l’électrification de la Guinée profonde. Intégralité…
Guinéennes, Guinéens,

Mes Chers Compatriotes,

En cette année 2018, nous avons déjà célébré le soixantième anniversaire de notre indépendance nationale, sous le signe d’une souveraineté que notre pays a toujours assumée. C’est un événement qui est pour nous tous, l’occasion de rendre un hommage exceptionnel aux héros de la cause africaine et aux grandes figures de notre pays.

Accueil A LA UNE
A LA UNENEWSPOLITIQUE
Adresse à la Nation du chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé (discours)
Par LIBREOPINIONGUINEE.COM - 31 décembre 2018
Facebook Twitter



A l’occasion du nouvel an, le président Alpha Condé, dans son traditionnel discours du 31 décembre, a vanté ses réalisations depuis son arrivée au pouvoir en 2010 et fait de grandes annonces sur l’électrification de la Guinée profonde. Intégralité…
Guinéennes, Guinéens,

Mes Chers Compatriotes,

En cette année 2018, nous avons déjà célébré le soixantième anniversaire de notre indépendance nationale, sous le signe d’une souveraineté que notre pays a toujours assumée. C’est un événement qui est pour nous tous, l’occasion de rendre un hommage exceptionnel aux héros de la cause africaine et aux grandes figures de notre pays.



Je voudrais rappeler, à tous, que soixante années plus tôt, en 1958, tous les leaders politiques de notre pays avaient surmonté leurs ambitions personnelles, pour s’exprimer en faveur de notre accession à la souveraineté internationale. Cet exemple de patriotisme reste aujourd’hui pour notre peuple, une valeur essentielle pour la consolidation de notre histoire.

L’année qui vient de s’écouler a été marquée sur le plan international, par de nombreuses crises économiques et sociales. Mais la Guinée a démontré la solidité de ses institutions, la maîtrise de son cadre macro-économique, son attachement à l’unité nationale ainsi qu’au renforcement de la démocratie.

Depuis 2010, la démocratie fait partie de notre histoire à l’image de notre indépendance. Elle est aussi un patrimoine que nous devons assumer ensemble, au nom du respect de la volonté de notre peuple qui demeure le seul souverain.

Je voudrais partager avec vous ces valeurs, en cette fin d’année 2018 qui nous donne aussi l’occasion de manifester notre solidarité à l’endroit de nos compatriotes malades et à ceux confrontés à des difficultés de la vie quotidienne.

J’associe à cette attention, toutes les personnes arrachées à notre affection au cours de l’année 2018.

J’ai une pensée toute particulière pour nos compatriotes établis à l’Étranger. Je leur souhaite mes meilleurs vœux et leur réitère notre reconnaissance pour tous les efforts qu’ils consentent pour contribuer de leur mieux au développement de notre patrie.
C’est aussi l’occasion de souhaiter une bonne année à tous les ressortissants des pays frères qui ont choisi de vivre parmi nous.

Nos pensées se tournent également vers nos soldats et toutes les forces de défense en mission à l’Étranger dans le cadre des opérations de maintien de la paix et la stabilité de notre région.

Mes Chers Compatriotes,

Nous finissons une année qui a été sur le plan international marquée par une baisse persistante des cours de certaines matières premières, mais notre économie tient le cap. En 2017, nous avons eu une croissance à deux chiffres de 10%, malheureusement avec les différents troubles, le taux actuel sera entre 6 et 7%.

Dans le même temps, les réserves de la Banque Centrale sont maintenues à un taux adéquat de trois mois d’importation. Le Gouvernement continue d’œuvrer à la préservation des équilibres macro-économiques, à l’application du protocole d’accord avec le patronat et les syndicats, la mise en œuvre des reformes relatives à la transparence budgétaire et la mobilisation sécurisée des recettes.

Un autre impératif s’impose toujours à nous : il s’agit de la gestion des projets convenus avec la Chine pour une enveloppe de 20 milliards de dollars qui seront investis dans les domaines de l’éducation, des infrastructures, de l’énergie et de l’agriculture. Plusieurs des projets concernés sont déjà en cours d’exécution.

La Guinée a également obtenu plus de 20 milliards de dollars en promesses de financements publics et privés au titre du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES), lors de la réunion de Paris. Les investissements prévus seront utilisés dans divers projets. Ces engagements s’exécutent dans le cadre d’un rapport de confiance rétabli avec le Fonds Monétaire International, institution avec laquelle, notre Gouvernement vient de conclure un deuxième programme économique et financier appuyé par la ‘’Facilité Élargie de Crédit’’ d’un montant de 170 millions de dollars.

Mes Chers Compatriotes

La Guinée est aujourd’hui un pays en chantiers. Dans le secteur des mines, l’intérêt des investisseurs s’est traduit par de nouveaux projets, et la relance d’autres réalisations, pour un investissement total prévu de plus de 10 milliards de dollars entre 2016 et 2025, dont plus de 3 milliards de dollars actuellement en cours d’exécution sur le terrain. Cette nouvelle dynamique a permis de créer plus de 17.000 emplois directs et plus de 50.000 emplois indirects.

Ces investissements ont permis d’augmenter significativement le niveau de production dans le secteur de la bauxite. Ce dernier est passé d’une stagnation en deçà de 20 millions de tonnes, pour atteindre plus de 50 millions de tonnes en 2017. En 2018, notre pays devrait pour la première fois, atteindre 60 millions de tonnes de production de bauxite. Grâce à la nouvelle politique minière, la Guinée a connu en 2018, la mise en service de ses premiers kilomètres de chemin de fer après 44 ans d’attente. De nouveaux projets de raffineries de bauxite sont en cours et deux nouveaux ports minéraliers ont vu le jour avec une certification internationale.
Dans le secteur de l’agriculture, notre priorité, nous avons deux objectifs : atteindre l’autosuffisance alimentaire, par le renforcement des cultures vivrières, élever le niveau de vie des paysans par des cultures de rente comme l’anacarde, café robusta et arabica, sésame, gingembre etc. De moins de 15.000 tonnes d’engrais en 2010, nous atteignons aujourd’hui 100.000 tonnes. En plus du développement des différentes filières, nous réduisons de plus en plus notre dépendance alimentaire en apportant un appui constant au monde paysan, notamment par la fourniture des intrants.

Avec la Banque Africaine de Développement, nous travaillons pour la valorisation de nos produits par leur transformation industrielle, ce que nous appelons l’agrobusiness.

La filière riz a bénéficié cette année de plus de 300 moissonneuses-batteuses et 300 décortiqueuses. Des régions du pays sont désormais dotées en matériels agricoles en quantité et en qualité. L’introduction des couveuses va créer une véritable révolution et développera notre filière avicole de même que le renforcement de la pisciculture qui permet à certaines régions de l’intérieur comme le Fouta, la Haute Guinée, la Guinée Forestière de ne plus s’approvisionner en poisson à partir de la capitale. Tous ces secteurs seront modernisés à travers la mécanisation de l’outil de travail.

Guinéennes, Guinéens,

En 2018, l’État a poursuivi des efforts pour la collecte des ressources et la rationalisation de la dépense publique. C’est ainsi que sera accordée une attention toute particulière à la situation des Petites et Moyennes Entreprises, pour alléger la dette intérieure. L’exécution de nos grands travaux se poursuit avec un accent prioritaire mis sur les infrastructures routières et les ouvrages de franchissement. Le réseau routier guinéen couvre aujourd’hui 45.301 kilomètres. Le Gouvernement a mis en place un plan d’urgence d’entretien, de rénovation et de réfection de l’ensemble des ouvrages de franchissement aujourd’hui en état critique. Mais nous sommes également attelés à la construction de nouvelles routes pour désenclaver davantage notre pays.

Mes Chers Compatriotes

La fourniture d’électricité est au cœur de notre projet de gouvernance. Notre ambition est de faire, dans cinq ans, de la Guinée, le pays le plus électrifié de la sous-région. Après le barrage de Kaléta inauguré en 2015, avec une capacité de 240 mgw, nous avons lancé en avril 2016, le projet Souapiti d’une puissance installée de 450 mgw. Le projet Amaria est lancé depuis le mois de janvier 2018 pour une capacité de production de 300 mgw. Le barrage de Koukoutamba, dans la région de Tougué, d’une puissance de 200 mgw et le barrage de Foumi à Kouroussa, de 90 Mgw. Le taux d’électrification qui était de 13,4% en 2013, est aujourd’hui passé à 35,2% sur le secteur interconnecté et 7% sur le secteur non interconnecté. D’ici 2020, notre ambition est d’atteindre un taux d’accès à l’électricité de 65% sur le secteur interconnecté. De nombreux projets de construction de barrages sont en attente de réalisation. La construction des mini centrales, de Touba, Kogbedou Frankonedou, Daboya et Zebela. La construction de la centrale de Keno, le barrage hydroélectrique de Diaraguela, la centrale solaire de Koumaguely. Nous allons renforcer l’énergie hydroélectrique par l’énergie solaire, dont 80 mgw prévus à Linsan. 40 mgw déjà signés avec Solveo, nous sommes en négociation pour 40 autres. Cela permettra de réduire le recours à l’énergie thermique.

Par ailleurs, les fournitures en soins de santé, seront revues et renforcées. Depuis 2014, la Guinée a pu densifier sa carte sanitaire par la construction de centres de santé, de centres médicaux, de Laboratoires de détection des maladies épidémiologiques, ainsi que la rénovation de nos hôpitaux, comme l’hôpital Donka, l’extension de l’hôpital sino guinéen
Notre objectif est de faire bénéficier à nos populations l’accès à des soins de proximité et de qualité. C’est dans cette optique que le Gouvernement a été instruit de parachever la mise en place de la Couverture Santé pour Tous, de nature à réduire les obstacles financiers à l’accès aux soins.

Le droit à l’éducation est également une question importante. Depuis 2010, l’Etat en a fait une priorité absolue. Des plans d’actions sont élaborés et mis à l’œuvre à tous les niveaux du système éducatif et à toutes les échelles de la vie courante, telles la construction des écoles et des universités, l’égalité de chance à l’éducation sans discrimination. L’université de Labé est en cours de finition, celle de Kankan démarre cette année. Ce sera ensuite celle de N’zérékoré. Grâce au soutien des organismes internationaux, les droits de l’enfant à l’éducation deviennent de plus en plus une réalité. On constate une augmentation du taux de scolarisation au niveau national.

Néanmoins, des efforts restent encore à faire pour offrir à l’école guinéenne, une éducation et un enseignement de qualité.

Nous allons parallèlement intensifier les efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de la jeunesse et l’autonomisation des femmes, comme cela existe déjà avec le système des mutuelles destinées à ces dernières. L’amélioration de la situation sociale des agents du service public, est également inscrite dans le calendrier gouvernemental, après une première revalorisation des salaires et primes, ainsi que le recrutement des contractuels et l’instauration de la grille indiciaire

Mes Chers Compatriotes,

Les dernières contestations autour des élections locales et le mouvement social d’une partie du syndicat de l’enseignement ont occasionné des manifestations qui ont fait des victimes, détruit des biens matériels, et porté atteinte aux symboles de la République. L’éducation de nos enfants a été perturbée, par des groupes de manifestants qui n’ont pas hésité à empêcher le déroulement des cours. Les activités économiques et sociales ont été troublées par des mots d’ordre imposés aux populations par la menace, l’intimidation et les voies de fait. Je tiens à vous le confirmer, L’État, garant de la protection des citoyens et de leurs biens ne peut rester sans réponse. C’est pourquoi, des PA ont été créés dans les zones de turbulence pour protéger les populations contre les fauteurs de troubles. Des mesures ont été prises pour dissocier les manifestants qui revendiquent des droits et des casseurs dont le seul but est de semer le désordre dans notre pays.

C’est pourquoi, j’en appelle à chacun d’entre vous à préserver la paix, la cohésion sociale dans l’intérêt de notre chère patrie.

J’exhorte chacun d’entre nous au dialogue pour aplanir les différents politiques et sociaux.

Quant aux opérations de sécurisation, elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais toujours dans le cadre de la loi, car dans leur immense majorité, les Guinéens aspirent à vivre ensemble dans la paix.

Guinéennes, Guinéens,

Comme vous pouvez le constater, plusieurs défis de développement interpellent notre nation, des projets d’infrastructures routières ont été lancés sur l’ensemble du territoire, pour faire de nos villes, des zones de développement.

Il nous reste à relever ensemble ces défis, dans la fraternité, le respect des institutions et dans un esprit de concorde nationale. La Guinée sera ce que nous voulons qu’elle soit. Et je reste convaincu que chacun d’entre nous souhaite le meilleur pour notre pays.

Je félicite le Gouvernement pour les importantes réformes en cours qui permettront de sécuriser nos recettes intérieures et de mieux planifier nos dépenses. Je félicite particulièrement le Premier ministre, pour son engagement, son dynamisme, sa disponibilité et son dévouement. Je félicite et encourage les agents de l’Administration dans la nouvelle dynamique de réforme profonde de l’Etat, ce qui permettra de renforcer la ponctualité et de lutter contre la corruption.

Citoyennes et citoyens, mes chers compatriotes, je vous souhaite à tous une très bonne année 2019.

Que Dieu protège la Guinée

Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Alhassane Diallo
Bon début du semaine
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Assemblée nationale de Guinée : le Code civil révisé voté à la majorité des voix
ASSEMBLÉE NATIONALE DE GUINÉE : La Guinée vient de se doter d’un nouveau code civil révisé, malgré l’opposition des femmes et du groupe libéral-démocrate. Après 18 ans de débats et 35 ans d’hibernation, le document présenté ce samedi, 29 décembre 2018, a été finalement approuvé par l’Assemblée nationale.

Les femmes ont appelé à revoir la disposition du mariage avec option et les opposants s’inscrivent dans la logique du renvoi pour mieux s’approprier le document, jugé très volumineux avec 1 635 articles distillés en 5 titres et condensés dans 5 livres.
Sûrement, les explications du ministre conseiller du président de la République, chargé des relations avec les institutions, Elhadj Mohamed Lamine Fofana, également spécialiste en droit, ont pesé dans l’évolution des débats.

Finalement, c’est par 35 voix contre 26 et 6 abstentions que la nouvelle mouture du code civil a été adoptée. Avec comme promesses, de mettre en place une commission rogatoire, qui s’occupera à intégrer les recommandations soulevées par la plénière.
C’est un Cheick Sako très heureux qui s’est prêté aux questions de la presse, laissant comprendre que cette adoption vient combler un vide. Le ministre d’Etat en charge de la justice a également pris l’engagement selon lequel le président de la République, quoi qu’opposé au texte dans sa disposition sur l’option du mariage, démocrate qu’il est, va s’allier derrière la position de l’Assemblée nationale.

Pour le Président de la commission des lois, de l’administration, de la justice et des droits humains, Mamady Kandé Soumaoro, ce vote « est l’aboutissement de cinq mois d’intenses travaux en commission et inter commissions qui ont connu la participation aussi bien des députés que d’experts, de partenaires techniques et financiers et de la société civile ». A juste raison, le député rend hommage à l’ensemble des acteurs ayant pris part à l’étude et examen du document. A présent, les yeux sont tournés vers Sékhoutouréya, et la Cour Constitutionnelle pour connaitre la suite réservée à cette loi, la 71ème de cette année, si on ajoute les conventions, contrats, traités, Codes et autres textes de lois qui ont été approuvés par l’Assemblée nationale actuelle qui devrait être renouvelée dans quelques mois, si le calendrier électoral est respecté.

Veuillez vous connecter pour commenter ce post