Diaraye Barry

Diaraye Barry    Conakry, GN

 

Diaraye Barry
❤❤💋💋
28 Déc 2018
Belle
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Pendant que certains ignorants méprisent la diaspora camerounaise et la qualifie de sans-papiers, les intellectuels camerounais brillent en Europe, en Asie et aux États-Unis. Professeurs agrégés, médecins, avocats, journalistes, ingénieurs, ils excellent dans tous les domaines à l’instar du Dr. Ernest SIMO, premier africain à être admis à un programme américain d’astronaute de la NASA. Il est celui qui a installé le premier VSAT dans le monde.

Le Dr Ernest Simo est donc déjà entré dans l’histoire comme étant le premier africain à intégrer la National Aeronautics and Space Administration (NASA), et a été deux fois finaliste du programme des astronautes de la NASA en 1994 et en 1996. Pourtant, rien n’a été facile pour son parcours et il n’a jamais bénéficié du soutien de l’État camerounais.



Né en 1956 , originaire de la région de l’Ouest du Cameroun Ernest Simo a fait toutes ses études à Yaoundé, dans la région du Centre. D’abord à l’école primaire d’Ekoudou au quartier Briqueterie, un ghetto où grouille tous les enfants de la rue et les malfrats . Néanmoins, dans ce milieu où école rime avec exploit, il réussira à s’en sortir et à rejoindre le lycée Leclerc où il obtiendra le Bac scientifique série C, en 1974. Il s’envole par la suite vers l’Angleterre qui lui a offert une bourse d’études. En 1979, il obtient une maîtrise en télécommunications par satellite à l’Université d’Essex. En 1983, Il obtient un doctorat en génie électrique à l’Université de Birmingham.

Lire Aussi: L’Australie devient le premier pays à commencer à micropucer sa population
Très ambitieux et convaincu de son potentiel, il s’envole pour les États-Unis pour aller proposer son savoir-faire . Il y est recruté par la société américaine Hughes Network Systems (HNS) où il développe de la technologie Very Small Aperture Terminal (VSAT). Il sera, en 1984, à Memphis au quartier général de Federal Express, la toute première personne à installer un VSAT. Il rejoindra la NASA quelques années plus tard. Il a été aussi membre du comité qui a mis sur pied la technologie CDMA. Cette technologie est utilisée actuellement pour les communications cellulaires aux États-Unis, au Canada, en Amérique Latine et en Asie.

Le Dr Simo a formé plus de 10 000 dirigeants et ingénieurs en télécommunications aux États-Unis et dans le monde (Chine, Japon, Singapour, Malaisie, Hong-Kong, Vietnam, Corée du Sud, Mexique, Argentine, Brésil, Pérou, Chili, Canada et Irlande). Il est aussi PDG de la compagnie Space 2000 dont il est fondateur .



Lire Aussi: Un illuminati révèle comment les puissances diaboliques ont imposé Alassane Ouattara au pouvoir
Le magazine américain USBE (US Black Engainer
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online

BANTAMA
1'
Tour cycliste de Guinée: les petites confidences du ministre Bantama avant le coup d’envoi ce mercredi
Organisé par le ministère des Sports avec la fédération guinéenne de cyclisme et en collaboration avec l’Union internationale du cyclisme, le tour cycliste international de Guinée, édition 2018, sera lancé ce mercredi 21 novembre à Kissidougou, préfecture située à plus de 600Km de la capitale Conakry, par le ministre de tutelle, Sanoussy Bantama Sow.

D’après le ministre Bantama, ce tour partira dès ce mercredi matin de la ville de Kissidougou pour traverser respectivement les préfectures de Faranah, Mamou jusqu’a Labé et de Labé, Mamou, Kindia, Coyah pour boucler la boucle à Conakry le dimanche prochain sous la présidence du chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

En plus des cyclistes guinéens, l’édition du tour cycliste international de Guinée de cette année connaîtra la participation des équipes du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Mauritanie, du Togo, et de la Guinée-Bissau, a précisé le ministre des Sports.

Parlant des raisons qui motivent l’organisation de ce tour international cycliste en Guinée, Bantama Sow a confié ceci à Guinéenews : « je l’ai dis en Conseil des ministres que je me bats cette fois-ci, pas pour prendre la première place mais, pour réussir l’événement et ouvrir les portes de la Guinée aux compétitions comme le cyclisme. Parce que pour beaucoup de Guinéens, le ministère de Sports est synonyme d’un département qui ne s’occupe exclusivement que du football. C’est pourquoi, nous sommes en train de faire en sorte que toutes les disciplines sportives trouvent leur compte au niveau de l’Etat guinéen. Nous sommes impliqués à fond dans l’organisation de cet évènement afin de conférer à ce tour tout le succès escompté. Nous voulons vraiment que ce premier coup d’essai soit un coup de maître.»

Guinneenews
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
GUINÉE VS COTE D’IVOIRE : VOICI UN IMPORTANT COMMUNIQUE
DANS LE CADRE DU MATCH COMPTANT POUR LA 5ÉME JOURNÉE ÉLIMINATOIRES DE LA COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS CAMEROUN 2019, DEVANT OPPOSER LE SYLI NATIONAL DE GUINÉE AUX ÉLÉPHANTS DE CÔTE D’IVOIRE, AU STADE DU 28 SEPTEMBRE, LE DIMANCHE 18 NOVEMBRE 2018 A PARTIR DE 16H,


LE MINISTÈRE DES SPORTS, DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE HISTORIQUE ET LA FÉDÉRATION GUINÉENNE DE FOOTBALL ONT LE PLAISIR D’INFORMER LE PUBLIC SPORTIF DE GUINEE, QUE LA VENTE DES TICKETS D’ACCES DÉBUTERA À COMPTER DU MERCREDI 14 NOVEMBRE AU SAMEDI 17 NOVEMBRE DE 9 HEURES A 17 HEURES AUX POINTS SUIVANTS :

DANS LES GUICHETS DU STADE DU 28 SEPTEMBRE
DANS LES AGENCES ORANGE DE KALOUM, BELLEVUE ET KIPE
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Fermeture des marchés du pays : « le GOHA mettra sa menace à exécution »
Après avoir perdu près de 220 milliards de francs guinéens lors des troubles politiques en Guinée depuis 2012, les opérateurs économiques guinéens sont encore dans la tourmente. Déjà, 1 568 victimes économiques sont enregistrées dans les registres du GOHA, sans compter les dégâts enregistrés à Kindia et à Conakry récemment.


Aujourd’hui, rien n’est encore fait pour les dédommager, malgré tous les accords et toutes les promesses. Pire, la crise politique et la grève des enseignants font craindre d’autres risques de perturbation des activités économiques du pays. C’est pourquoi, le Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA) menace de mettre à exécution la fermeture de l’ensemble des marchés de notre pays. Cela pour protester contre les pillages économiques à répétition enregistrés ces dernières années.

Joint au téléphone dans la soirée de ce dimanche, 11 novembre 2018, le Président du GOHA, Chérif Mohamed Abdallah, a réitéré à Guineematin.com son appel à l’ensemble des les opérateurs économiques à se tenir prêts pour la mise en exécution de la décision dans les prochains jours. « Vu les pillages économiques à répétition dans notre pays, nous n’allons plus accepter cela. Et, tant que l’Etat ne nous donnera pas une garantie claire par rapport à notre sécurité ainsi qu’à celle de nos biens, les marchés resteront fermés dans tout le pays », a dit le président du GOHA qui précise qu’une déclaration fixant la date du début de l’opération sera publiée dans les heures ou jours qui suivent.


Sur les raisons de cette décision qui risque d’être un coup dur pour l’économie du pays, Chérif Mohamed Abdallah insiste sur l’insécurité dont les opérateurs économiques sont victimes : « Tant qu’il n’y a pas entente entre les acteurs politiques et les autorités du pays, les opérateurs économiques sont exposés à l’insécurité. Tout le monde a vu les pillages enregistrés à Kindia et dans d’autres endroits du pays, notamment à Conakry. C’est inacceptable», juge-t-il.

L’autre condition exigée par le président du GOHA est le dédommagement des toutes les victimes de ces pillages dans le pays. « Il ne peut pas y avoir de négociation tant que le dossier de dédommagement de toutes les victimes des pillages de ce pays ne sera pas réglé », a prévenu l’opérateur économique.


Par ailleurs, Chérif Mohamed Abdallah a fermement condamné les tueries à répétition enregistrées dans notre pays. C’est pourquoi, il a lancé un appel à toutes les organisations de défense des droits de l’homme, les organisations internationales ainsi que la diaspora d’aider la Guinée à identifier les promoteurs de la haine ethnique dans notre pays en portant plainte contre eux dans les juridictions supranationales.

Enfin, Chérif Mohamed Abdallah attire l’attention de tous sur les différentes menaces qui planent sur lui et son organisation. « Non seulement tous les opérateurs économiques sont menacés ; mais personnellement, ma sécurité est menacée ainsi que celle de notre organisation », conclu-t-il.

Source:guinneematin
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Manifestation du RPG-AEC : Fodé Oussou dénonce « une ridicule technique communiste »
La manifestation projetée par le RPG Arc-en-ciel suscite déjà des réactions au sein de l’opposition guinéenne. Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, a contacté Guineematin.com dans la soirée de ce lundi, 05 novembre 2018, pour se prononcer sur le sujet. Il parle d’une technique communiste et ridicule.


Alors que l’opposition et la société civile sont interdites de manifester dans les rues depuis quelques mois en Guinée, le parti au pouvoir vient aussi d’appeler à une marche pacifique. Le RPG Arc-en-ciel invite ses militants et sympathisants à se mobiliser massivement pour manifester le mercredi prochain à Conakry afin de réaffirmer leur soutien au Président Alpha Condé et à son gouvernement.


Une annonce qui ne laisse pas indifférent Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG. « Ça c’est la technique du communisme. Ils peuvent trouver un moyen de justifier la bêtise du gouvernement qui consiste à interdire toutes les manifestations qui sont pourtant constitutionnelles en Guinée.


Comme sur le plan international ils sont coincés et ils n’ont trouvé aucun argument justifiant le fait qu’ils empêchent toute manifestation de rue, ils cherchent un moyen de se justifier. Ils vont dire que cette marche n’est pas autorisée pour qu’on dise que même le parti au pouvoir a été interdit de manifester pour réaffirmer son soutien au Président de la République et à son gouvernement », a réagi ce haut responsable du principal parti d’opposition du pays, ajoutant que cette stratégie ne peut pas impressionner l’opposition, encore moins la dissuader à poursuivre ses manifestations.

« Je trouve ça ridicule. C’est l’article 10 de la Constitution qui nous donne le droit de manifester quand on n’est pas d’accord avec un certain nombre de choses, et nous userons de ce droit. Tant qu’il n’y a pas de raisons valables pour nous empêcher de manifester, nous le ferons jusqu’à ce qu’on soit entendu par le pouvoir. Donc, qu’on autorise cette manifestation du RPG Arc-en-ciel ou qu’on ne l’autorise pas, nous de l’opposition, on en n’a rien à foutre. Il reste entendu que nous, notre manifestation aura lieu le jeudi. C’est une liberté qui est reconnue par notre Constitution et nous n’allons pas négocier cela », a dit Fodé Oussou Fofana.


L’opposant souhaite d’ailleurs que cette manifestation puisse effectivement se tenir. Car, dit-il, cela permettra de jauger la popularité du pouvoir actuel : « Moi, je souhaite vivement que le RPG Arc-en-ciel puisse s’organiser et sortir pour que tout le monde puisse mesurer quel est le poids réel de monsieur Alpha Condé et de son gouvernement. Donc je souhaite que cette marche ait lieu, parce que s’ils sortent le mercredi et que nous aussi nous sortions le jeudi, la comparaison va être simple à faire. On saura dans ce cas qui pèse quoi dans ce pays », a dit le président du groupe parlementaire de l'UFDG à l'assemblée nationale
Source :guinneematin
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online


1'
5 novembre 2018 à 15 03 22 112211 Posted by Guineematin A LA UNE, Actualités, Politique
Conakry : le RPG-AEC appelle à une manifestation de rue mercredi
« La direction nationale du RPG Arc-en-ciel, au cours de sa réunion extraordinaire du 04 novembre 2018, a décidé de l’organisation d’une marche pacifique pour réaffirmer son soutien indéfectible au Président de la République, Pr Alpha Condé, Chef de l’Etat, Commandant en Chef des forcées armées et à son gouvernement ».


C’est l’annonce faite dans un communiqué du parti au pouvoir dont Guineematin.com a reçu copie ce lundi, 05 novembre 2018. Le communiqué signé du secrétaire permanent du RPG Arc-en-ciel, Dr Sékou Condé, précise que cette manifestation aura lieu le mercredi, 07 novembre et qu’elle se déroulera de l’esplanade du stade du 28 septembre (point de rassemblement) au rond-point de la banque centrale.

Le parti au pouvoir invite ses militants et sympathisants à se mobiliser massivement pour donner un caractère particulier à cette manifestation. Cela, dit-il, pour montrer le soutien du peuple de Guinée au Président Alpha Condé.

La question qui se pose maintenant est de savoir, est-ce que le pouvoir va autoriser cette manifestation du parti présidentiel alors que toutes les manifestations de rue sont interdites en Guinée depuis quelques mois.

L’opposition et la société civile ont tenté plusieurs fois de descendre dans la rue pour dénoncer un certain nombre de choses, mais elles se sont toujours heurtées aux forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser.


L’opposition républicaine prévoit d’ailleurs une nouvelle marche jeudi à Conakry, c’est-à-dire au lendemain de celle projetée par le RPG Arc-en-ciel.

Source :guinneematin
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Diaraye Barry
❤❤❤❤💋💋💋
Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
Pita : les enseignants toujours déterminés à poursuivre le mouvement de grève déclenché depuis un mois par le SLECG

Au cours d'une assemblée générale organisée ce dimanche, 04 novembre 2018, au Jardin Public ‘’Bah Amadou Oury YOUL’’a mobilisé autour du bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) les représentants de plusieurs établissements scolaires de la commune urbaine et certains délégués syndicaux venus des sous-préfectures de Pita tous se sont prononcés en faveur de la poursuite de la grève jusqu’à la victoire des enseignants sur cette épineuse question de revendication salariale.
A l’occasion cette rencontre les participants ont révélé le ton pour dénoncer et condamner la révocation pour fait de grève de Djéïnabou Bah et Fatoumata Kouyaté respectivement directrices des écoles primaires de Pita I et Pita III par une décision du directeur préfectorale de l’éducation, Abdoulaye Barry dit Koto Barry qui a d'ailleur distribué un document mettant en demeure les enseignantes et enseignants de Pita à reprendre le chemin de l’école.

« Si le DPE ne revient pas sur sa décision, nous allons passer à la vitesse supérieure. Le balayeur sera balayé. Nous allons demander son départ » a menacé Sadou Barry, le secrétaire général du bureau préfectoral du SLECG de Pita.








Veuillez vous connecter pour commenter ce post
Guinée online
sur les 8 millions réclamés comme salaire de base pour les enseignants :le gouverneur de mamou qualifié cette revendication « d'impossible »

Le gouverneur de la région administrative de mamou vient qui réclame huit millions de francs guinéens comme salaire de base pour les enseignants.

A l'occasion d’une réunion de sensibilisation tenue hier, samedi 03 Octobre 2018, dans la salle de réunion du bloc administratif préfectoral, avec les différents acteurs de l’éducation dans la préfecture de Mamou pour une reprise des cours dans les écoles, Amadou Oury Lammy Diallo trouve l'opportunité de d'attirer l'attention des acteurs de l'éducation sur les revendications du syndicat qu'il qualifie "d'impossible "
« Nous avons déjà perdu un mois pour rien. Parce que ce qu’on (le SLECG) demande ici, même si le gouvernement veut le faire, il ne peut pas le faire. Aller de deux à trois millions pour huit millions de francs guinéens par mois, ce n’est pas possible. Si le gouvernement le faisait, nous allons en banque route. Il n’y a rien à faire, ce n’est pas possible », a déclaré Amadou Oury Lammy Diallo devant les acteurs de l’éducation (directeurs et responsables d’écoles, APEAE) de la préfecture de Mamou et une mission du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation en tournée dans la région administrative de Mamou.

En comparant la guinée au pays développés comme celles européens Amadou oury lammy Diallo trouve cette revendication non raisonnable « on ne peut pas en un an, aller à quelques 400 ou 500% d’augmentation d’un salaire. Et, c’est ce que certains ont proposé ici. Il faut qu’on soit raisonnable ».

En mettant le gouverneur de mamou a exhorté les enseignants de Mamou à revoir la situation (arrêter la grève) pour une reprise effective des cours. Car,pour lui le gouvernement ne peut pas faire reculer les examens parce que la région de Mamou n’a pas voulu reprendre les cours.


« Les résultats de l’année dernière nous ont fait baisser la tête. Nous étions meurtris, nous avions honte partout. Parce qu’on disait que la région de Mamou était dernière au niveau national. Ce n’est pas normal… Mes chers parents ici présents, mes chers frères et sœurs syndicalistes, faites en sorte que, après demain (Lundi), que nous soyons heureux de voir des milliers d’enfants converger vers les établissements scolaires », a conclu le gouverneur Amadou Oury Lammy Diallo.

Veuillez vous connecter pour commenter ce post