World online

CPI – Libye : Plainte déposée par des activistes africains contre Nicolas Sarkozy pour l'assassinat de Kadhafi.


L'ancien président français a mauvaise presse en Afrique ces derniers jours. Alors que la poussière est loin de retomber après les fracassantes révélations de Mediapart, «les preuves d'un montage» de la détention de Laurent Gbagbo, une sombre affaire sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la société civile africaine est vent debout contre ce dernier.

Une quinzaine d’associations et de mouvements, dont «Y'en a marre» du Sénégal, «Le Peuple n'en veut plus» de la Guinée et «Le Balai citoyen» du Burkina Faso ont déposé, samedi 7 octobre, une plainte à la Cour Pénale Internationale contre Nicolas Sarkozy. Selon eux, l’ancien président français serait derrière l'assassinat en 2011 du colonel Kadhafi, l'ancien président de la Jamahiriya libyenne.

Plusieurs panafricanistes du continent l’ont rêvé, le Front International des Sociétés civiles Panafricaine, (FISPA), un regroupement d’associations de la société civile l’a réalisé. Ce front est né à Bamako ce dimanche 8 octobre pour «défendre l'Afrique, la démocratie, la dignité et les droits de l'homme».

Cette plainte contre l'ancien Chef de l'Etat français constitue la première action concrète du Fispa dont le parrain n'est autre que l'auteur-compositeur-interprète ivoirien, Tiken Jah Fakoly.

«Nous portons cette plainte contre Nicolas Sarkozy pour l'assassinat de Kadhafi parce que cela a des conséquences dramatiques et néfastes sur le continent africain, et sur les populations africaines. Voilà pourquoi nous adhérons à ce combat», explique auprès de RFI l'activiste guinéen Elie Kamano, membre du Fispa.

Si pour le parrain de ce mouvement panafricain la plainte contre Sarkozy devait être déposée plus tôt, rien n'est encore tard pour que ce dernier soit jugé par la CPI. Et le chanteur de reggae ivoirien de prévenir : «Si la CPI ne réagit pas, cela voudrait dire que la CPI choisit ses clients».

Il faut dire que la mort de Khadafi continue toujours de susciter une vive indignation chez de nombreux Africains qui s'offusquent également de la situation qui prévaut en Libye, six ans après l'assassinat du «guide libyen». Alors que la crise politique est loin de connaître une issue, le secteur pétrolier, colonne vertébrale de l'économie libyenne, vit une situation difficile. A côté de la chute des cours du baril de l'or noir sur le marché mondial, les attaques des miliciens contre les unités de production du pétrole se multiplient dans le pays. Résultat : les caisses de l'Etat se vident et le déficit budgétaire a atteint 4 milliards de dollars à l'issue des neuf premiers mois de l'année en cours.
14 Oct 2017
Bravo le FISPA. Il était tant que les Africains se réveillent
16 Oct 2017
Je commente
19 Oct 2017
Une bn desition
03 Déc 2017
😈
26 Janvier
ILS TUENT LES VRAIS LEADERS, POUR SOUTENIR LES CHARLATANS, LES VOLEURS... Afficher la suite ,...
05 Février
Bien dis mon frère
05 Février
Je commente
05 Février
Qu'il répond à ses actes ignoble
06 Février
Sarkozy dictateur
Veuillez vous connecter pour commenter ce post